L’Ambassade de France commémore le 8 mai à Vientiane

Le 8 mai 2018, l’Ambassade de France a commémoré avec le Souvenir français la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe. A cette occasion, une cérémonie du souvenir a été organisé au cimetière militaire français de Vientiane suivie d’une réception à la Résidence de France.

Le discours de Mme Claudine Ledoux, Ambassadrice de France au Laos

"Nous sommes réunis aujourd’hui dans les jardins de la Résidence de France pour commémorer ensemble la fin d’un conflit dévastateur qui plongea l’Europe et le monde entier dans les ténèbres les plus sombres.

Il y a 73 ans jour pour jour, le 8 mai 1945, l’Allemagne nazie capitulait enfin après 6 années de combats et de barbarie, qui coutèrent la vie à près de 50 millions de personnes.

Le 8 mai 1945, c’est une immense joie qui animait nos concitoyens, les valeurs humanistes et démocratiques venaient de l’emporter sur une idéologie raciste et criminelle, grâce à ces femmes et à ces hommes qui ont accepté que leur destin individuel s’efface devant le destin collectif de la France.

Cette après-midi, 73 ans après la Victoire du 8 mai 45, nous nous sommes recueillis au cimetière militaire français de Vientiane et avons rendu hommage dans ce lieu chargé d’histoire à tous nos concitoyens morts pour la France. Certains d’entre vous y étaient et peuvent témoigner de l’intensité de ce moment de souvenir.

En ce jour, nous pensons aux déportés, juifs et résistants, ces familles, ces enfants, ces femmes, ces hommes, raflés, par la lâcheté de la collaboration la plus vile. Nous entendons encore leurs voix, leurs cris, leur souffle. Bien peu sont revenus pour témoigner et transmettre.

Nous pensons au courage de celles et ceux qui choisirent de résister, gaullistes, communistes, socialistes, républicains, simples citoyens.

Nous entendons le Chant des partisans, la Marseillaise et l’internationale qui s’élevaient devant les pelotons d’exécution comme dans les maquis.

Nous pensons aux FFI et aux FFL, à nos alliés, américains, britanniques, russes et australiens en particulier.

Cette cérémonie empreinte d’émotion doit nous faire réfléchir à l’héritage que nous ont laissé nos ainés. Existe-t-il, en effet, encore en 2018, une tâche plus primordiale et une priorité plus impérieuse que de contribuer à un monde en paix ?

Il nous faut donc retenir l’essentiel de cette cérémonie, à savoir la manifestation de l’engagement et du courage qui unissent les femmes et les hommes prêts à servir. Bien plus qu’un héritage, c’est aussi une promesse. La promesse faite le lendemain de la Victoire de construire un Monde libre et en paix.

Aujourd’hui, nous sommes malheureusement confrontés à d’autres dangers, d’autres violences, d’autres intégrismes, d’autres atrocités et d’autres conflits. L’actualité récente nous a montré une nouvelle fois que notre pays n’était pas épargné.

Le combat pour la Paix et la Liberté est donc loin d’être terminé et il nous appartient de le mener en nous référant au courage des combattants de la liberté qui nous ont précédés. J’ai d’ailleurs une pensée toute particulière pour le Colonel Beltrame, qui a trouvé la mort le 24 mars dernier après s’être volontairement substitué à une otage au cours de l’attaque terroriste à Trèbes.

« Certains jours, j’ai rêvé d’une gomme à effacer l’immondice humaine » écrivait Aragon. A défaut d’un tel outil, utilisons celui qui est à notre portée : la transmission de la mémoire.

Il nous appartient en effet aujourd’hui d’entretenir la mémoire du 8 mai et de la transmettre à notre tour aux futures générations pour que se cultive encore et toujours l’idée que la Liberté et la Paix sont des valeurs fragiles toujours susceptibles d’être remises en cause par la folie des hommes.

Il appartiendra à la jeunesse, à son tour, de veiller sur elles. Plus que jamais, c’est bien dans la mémoire qu’il faut puiser pour préparer l’avenir.

C’est ce qu’aujourd’hui 8 mai 2018, 73 ans après le 8 mai 1945, je voulais une fois encore rappeler !

Merci donc à toutes celles et à tous ceux qui, fidèlement chaque, nous accompagnent pour dans ces cérémonies du souvenir. Je pense en particulier aux élèves et aux professeurs du lycée Josué Hoffet, aux représentants du Souvenir français qui s’investissent sans compter dans toutes les manifestations à caractère mémoriel mais aussi et surtout aux anciens combattants qui nous font l’honneur de leur présence.

Honneur à tous les combattants morts pour la Patrie !
Vive la Paix !
Vive la Liberté !
Vive la France !"

Les photographies de la journée

Dernière modification : 14/05/2018

Haut de page