La France, via l’AFD, s’engage pour lutter contre le covid-19 en Asie du sud-est

Conformément aux engagements pris par le président de la République française Emmanuel Macron, l’Agence française de développement (AFD) se mobilise pour répondre à l’urgence sanitaire mondiale et a lancé l’initiative « Covid-19 - Santé en commun » le 9 avril dernier. Dans ce cadre, elle a accordé un financement additionnel de 2 millions d’euros en subvention le 28 avril au profit du projet ECOMORE II. Il permettra d’intégrer une composante de soutien direct à l’épidémie de Covid-19 dans 5 pays d’Asie du Sud-Est, dont le Laos.

PNG

En raison de disparités importantes dans les systèmes de santé à la fois à l’échelle nationale et régionale, l’Asie du Sud-Est est exposée à un risque élevé face à l’épidémie de Covid-19. Bien que seuls 755 cas aient été confirmés dans la zone au cours des deux premiers mois de l’épidémie, une résurgence de la contagion depuis la mi-mars, avec déjà plus de 6000 cas, laisse présager un défi majeur pour les semaines et mois à venir. Face à ce défi, il est essentiel de renforcer les infrastructures de santé des pays de la zone.

Dans le cadre de ce financement, sept laboratoires bénéficieront d’un soutien direct dans la phase de riposte à l’épidémie de Covid-19, sur les aspects suivants : renforcement en équipements, achat de kits diagnostic, acquisition de protections pour les personnels, renforts en ressources humaines, formation et transfert de compétences, déploiement de stratégies de diagnostic de masse complémentaires au diagnostic moléculaire de référence actuellement, appui au traitement des données en partenariat avec l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) pour renforcer la surveillance de l’épidémie.

  • Au Laos, c’est l’Institut Pasteur du Laos, sollicité par le ministère de la Santé Laotien pour répondre à l’épidémie, qui bénéficiera de ce soutien.
  • Au Vietnam, c’est l’Institut National d’Hygiène et d’Epidémiologie (NIHE) à Hanoi, l’Institut Pasteur de Nha Trang et l’Institut Pasteur d’Ho Chi Minh Ville qui bénéficieront de ce soutien.
  • En Birmanie, c’est le Laboratoire National de Santé (NHL) à Rangoun qui bénéficiera de ce soutien.
  • Aux Philippines, c’est l’Institut de Recherche en Médecine Tropicale (RITM) qui bénéficiera de ce soutien.
  • Au Cambodge, c’est l’Institut Pasteur du Cambodge, désigné laboratoire de référence COVID-19 pour le pays et pour la région Asie du Sud-Est par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui bénéficiera de ce soutien.
A propos de l’initiative « Covid-19 - santé en commun »

Dans le cadre des engagements pris par le président de la République française, l’Agence française de développement (AFD) a lancé l’initiative « Covid-19 - Santé en commun », qui permettra de mobiliser 1,2 milliard d’euros d’ici à l’été 2020 -dont 150 millions d’euros en dons- en réponse à l’épidémie de Covid-19. Elle permettra d’apporter une réponse ciblée et partenariale à la crise sans précédent que traversent les pays en développement, en complément des actions soutenues par d’autres bailleurs de fonds.

Dernière modification : 12/05/2020

Haut de page