Découvertes archéologiques récentes au sud du Laos

Dans le sud du Laos, les récentes fouilles de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO) ont mis au jour de nombreuses découvertes exceptionnelles notamment un temple qui pourrait être l’ancêtre du Vat Phu, site inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). En présence des autorités locales et de plusieurs chercheurs, L’EFEO a organisé à Champassak un séminaire le 19 juin 2017 pour faire le point sur l’avancée actuelle des recherches et les actions de protection du patrimoine archéologique laotien du Sud-Laos.

Objet du séminaire organisé par l’EFEO, le sud du Laos est connu pour la richesse de ses sites archéologiques. Parmi les nombreux sites répertoriés, le Vat Phu est l’un des sites les plus emblématiques de la région. Construit sur le premier contrefort de la montagne du dieu Shiva, le Lingaparvata, aujourd’hui le Phu Kao, l’ensemble du temple est un témoignage remarquable de l’empire Khmer qui domina la région du Vème au XIVème siècle. Sa valeur architecturale, sa dimension mythologique exprimée par son paysage culturel, lui a valu un classement au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

Le séminaire organisé par l’EFEO a mis en lumière les dernières avancées dans la les connaissances historiques du Vat Phu et des autres sites de la région. Un ancêtre potentiel du Vat Phu a été identifié dans le temple préangkorien de Nong Din Chi, situé sur le mont Phu Malong, dans le district de Phonthong. Les fouilles ont mis au jour un temple exceptionnel par la similitude de sa composition avec Vat Phu, mais plus vieux de 400 ans (soit de la fin VIIème siècle). Christine Hawixbrock, responsable du Centre EFEO de Vientiane et directrice de la Mission archéologique française au Sud-Laos, a présenté lors du séminaire les résultats de ce chantier mené de 2014 à 2016 en collaboration avec le bureau du patrimoine mondiale de Vat Phu et le Fonds de solidarité prioritaire français pour Vat Phu (FSP).

Par ailleurs, l’étude d’inscriptions épigraphiques devrait permettre l’approfondissement des connaissances sur l’origine du Vat Phu. Les chercheurs Claude Jacques, Professeur émérite de à l’École pratique des hautes études (EPHE) à Paris et Dominic Goodall du centre EFEO de Pondichéry ont présenté les travaux de traduction de plusieurs inscriptions se référant à la région du site sacré.

Au-delà du bilan scientifique, ce séminaire était l’occasion d’évoquer les actions de protection du patrimoine découvert. Bertrand Porte, membre de l’EFEO en charge de l’atelier de restauration des pierres au musée national du Cambodge à Phnom Penh, a présenté les activités de restauration et de mise en valeur des pièces exposées au musée de Vat Phu, effectuées ces dernières années avec le soutien de la coopération française.

La présentation a également ouvert la discussion sur la nécessité de prolonger les actions de sauvegarde et de restauration des artefacts. David Bazin, consultant pour le bureau de Vat Phu a présenté le travail d’inventaire des vestiges du sud Laos, mis au point avec l’appui de l’Ambassade de France et de l’EFEO et conservé au musée de Vat Phu.

Amphol Sengphachanh, directeur adjoint du Bureau du patrimoine mondial de Vat Phu Champassak et Jean-Charles Castel, représentant l’ambassade de France, ont expliqué la façon dont les nouvelles découvertes ainsi que les demandes de l’UNESCO sont prises en compte dans la gestion du site classé.

Moment fort de la coopération franco-lao dans l’archéologie, les autorités laotiennes étaient présentes à ce séminaire. Viengkeo Souksavatdy, directeur adjoint de la Direction générale des patrimoines du ministère de l’Information de la culture et du tourisme (MICT) a synthétisé ces enjeux et assuré la qualité du débat tout au long du séminaire afin de permettre l’expression des avis de l’autorité provinciale et des représentants des districts.

Thongsa Sayavongkhamdy, directeur honoraire de la Direction générale des patrimoines du MICT a salué la tenue de ce séminaire. Dans son discours de conclusion, il a exprimé le souhait que la coopération scientifique avec les chercheurs français puisse continuer et que cette opération de partage des connaissances avec les autorités puisse être renouvelée.

Au nom du Premier-ministre, le vice-gouverneur de la province de Champassak a remis à Christine Hawixbrock et à Jean-Charles Castel, la médaille de l’amitié de la RDP Lao, en remerciement de leur dévouement au service de la protection et de la diffusion des connaissances sur le patrimoine du Sud-Laos.

La recherche archéologique française dans le sud du Laos
Au Sud-Laos, la recherche archéologique française occupe une place de premier plan sans discontinuer au moins depuis 1903, date de la première publication par l’EFEO concernant Vat Phu. La Mission archéologique française au Sud-Laos, qui a été créée dans la continuité du Projet de recherche en archéologie lao (PRAL) mis en place en 1991, constitue le plus long programme de coopération scientifique sur le patrimoine jamais réalisé au Laos. Il bénéficie du soutien du ministère français de l’Europe et des affaires étrangères. Depuis 2014, l’Agence française de développement apporte un appui complémentaire pour la mise en valeur du site classé de Vat Phu et de son musée et soutient les actions de sensibilisation des habitants.
JPEG - 1.2 Mo
Découverte du linteau nord du temple de Nong Din Shi en mars 2015
Christine Hawixbrock

Plus d’information :

Dernière modification : 07/11/2017

Haut de page