Premier éditorial de Mme l’Ambassadeur

Mme Florence Jeanblanc-Risler, Ambassadeur de France au Laos - JPEGChers compatriotes,

Chers amis de la France et du Laos,

Cette première lettre me permet de partager avec vous quelques mots d’introduction et informations susceptibles de vous intéresser. Je me propose de le faire régulièrement et engager ainsi un dialogue avec vous tous.

J’ai pris officiellement à Vientiane mes fonctions d’Ambassadeur de France le 11 septembre dernier et présenté mes lettres de créance à M. Bounhang Vorachit, Président de la République démocratique populaire Lao, le 14 septembre.

Avant toute chose, je souhaite rendre hommage au travail effectué par la précédente Ambassadrice, Mme Claudine Ledoux qui a construit pendant ces trois dernières années un socle solide pour notre relation bilatérale et sur lequel je peux m’appuyer.

Quelques éléments personnels tout d’abord. J’arrive de Nouvelle-Zélande où j’ai passé trois heureuses années et demie, professionnelles et personnelles, comme Ambassadeur. C’est un très beau pays, loin par la distance de Paris, mais dont nous sommes finalement voisins grâce aux trois territoires français du Pacifique (Polynésie française, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna). Les commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale ont été l’occasion de rappeler les liens forts et les valeurs que nous partageons avec la Nouvelle-Zélande.

Ici aussi au Laos, je sais que je trouverai également ce lien fort, souvenir d’un passé commun qui donnent à notre relation bilatérale ce « supplément d’âme ».

J’ai effectué une grande partie de mon parcours professionnel pour le Ministère de l’Economie et des Finances, alternant des postes en France et à l’étranger (mes trois enfants se définissent comme des citoyens du monde) et centré sur les questions économiques internationales (commerce et investissement, accompagnement des entreprises à l’international, questions européennes et multilatérales, aéronautique).

C’est un honneur et un privilège d’être désormais Ambassadeur et de porter avec vous l’image de notre pays au Laos.

Le pays, vous le connaissez mieux que moi car, pour nombre d’entre vous, vous y vivez depuis longtemps. Je compte donc apprendre beaucoup de vous et multiplier les occasions de partage, que ce soit à Vientiane ou lors de mes déplacements dans le pays. Vientiane est certes la capitale, et vous y êtes nombreux, mais je n’oublierai pas ceux qui ont choisi de vivre ailleurs dans ce beau pays.

Nos relations avec la RDP lao sont excellentes. Elles s’inscrivent dans des domaines très variés, agriculture, patrimoine, culture, santé, éducation. Elles sont nourries par une grande diversité d’acteurs, les services de l’ambassade, l’AFD, mais aussi le lycée, les collectivités locales, les universités, les instituts de recherche (Pasteur, IRD, CIRAD, EFEO) et les entreprises. Nous appartenons aussi à la grande famille de la Francophonie. Cette diversité est une richesse sur laquelle nous devons capitaliser dans une approche partenariale, associant acteurs publics et acteurs privés.

Ce n’est pas le nombre qui détermine notre influence, mais notre capacité à jouer en équipe.

Notre présence économique reste modeste (0,2 % de part de marché). Dans un environnement local des affaires complexe, la présence française au Laos repose sur des investissements exemplaires et solidaires, fruits de financements publics (l’Agence Française de Développement, PROPARCO, par exemple) et privés. Sont présentes en effet, des filiales françaises d’entreprises mais également de nombreux entrepreneurs privés qui contribuent de façon directe ou indirecte à la création de valeur pour nos deux pays. L’accompagnement des entreprises, quelle que soit leur taille, sera une priorité de ma mission.

Pays enclavé, le Laos se trouve au centre du bassin du Mékong. Il appartient à une région parmi les plus dynamiques au monde où vit la moitié de la population mondiale et qui représente un poids croissant dans les échanges commerciaux et les investissements mondiaux.

Le développement du Laos s’inscrit donc dans cet ensemble régional, à la croisée de « mouvements tectoniques » caractérisées en particulier par un jeu complexe d’influence, comme la montée en puissance diplomatique, économique et militaire de la Chine et d’autres pays de la région Indo –Pacifique. Le projet BRI (Belt and Road Initiative, ou routes de la soie) en est une illustration emblématique. Cette dynamique régionale à laquelle le Laos est partie prenante (il est membre de Commission du Mékong, de l’ASEAN depuis 1997 et de l’East Asian Summit, etc.) est un élément important de contexte et une réalité à prendre en compte dans notre relation avec ce pays, comme il l’est aussi dans le cadre des relations avec l’Union européenne.

Cette région est également incontournable au regard des enjeux globaux comme la lutte contre le changement climatique, la protection de la biodiversité et la mise en œuvre des objectifs du développement (ODD). La priorité française donnée à ces sujets se traduit par l’importance que nous attachons au critère de responsabilité sociétale et environnementale. Que ce soit dans des projets financés par la France (barrage de Nam Theun 2, protection du patrimoine et ville durable à Luang Prabang ou protection de la biodiversité, agri-écologie) ou à travers l’activité de nos entreprises au Laos, ce critère doit être « la marque France ». Cette exemplarité est désormais reconnue et nous est demandée par les autorités laotiennes. Continuons à la valoriser.

Chers compatriotes et amis de la France,
Vous pouvez compter sur les équipes de l’ambassade et moi-même pour être à votre écoute, que ce soit en matière consulaire, dans l’accompagnement de vos projets professionnels et pour toutes les suggestions que vous pourriez nous faire.
Nous représentons tous ici au Laos notre pays, une France dynamique ouverte sur le monde, respectueuse de notre partenaire mais porteuse également de valeurs (promotion des droits de l’homme et de l’Etat de droit, du multilinguisme et de la diversité culturelle).

L’organisation du Forum de la paix à Paris du 11 au 13 novembre prochain à l’occasion commémorations marquant la fin de la Première guerre mondiale sera l’occasion de rappeler aux cet engagement de la France en faveur d’une gouvernance internationale associant Etats, organisations internationales et société civile et d’éviter que ne se reproduise l’histoire (« c’est bien sur les failles de la gouvernance mondiale et l’affaiblissement des démocraties que la paix durement acquise de 1918 s’est brisée au cours des années 1930 » a indiqué le Président de la République ). Le Président de la RDP Lao a été invité à participer à ce Forum.
Je vous souhaite de profiter de cette belle saison qui commence et me réjouis des nombreuses occasions à venir de rencontres et d’échanges.

Leo phop kan !

Florence Jeanblanc-Risler.

Dernière modification : 08/10/2018

Haut de page