Sur les traces d’Henri Mouhot

Explorateur et scientifique séduit par les merveilles de l’Asie du Sud Est, Henri Mouhot a contribué à faire connaître au monde la beauté des pays qu’il a visités. Ses aventures l’ont mené au Siam, au Cambodge et enfin au Laos, où il s’est éteint près de Luang Prabang .

Histoire

Henri Mouhot est né en Franche-Comté à Montbéliard en 1826. Durant sa jeunesse, sa passion du voyage déjà présente le conduit à visiter l’Europe, tandis qu’il étudie les sciences naturelles, particulièrement les oiseaux et coquillages.

Le contexte général de découverte et d’exploration de terres lointaines ainsi que son goût pour l’aventure le poussent à s’embarquer en direction de l’Asie du Sud-Est. Les sociétés savantes françaises ne manifestant pas d’intérêt pour son projet, il se tourne vers l’Angleterre où il est connu pour sa soif de découverte et ses talents en dessin et peinture. Il obtient le parrainage de la Royal Geographical Society et part en tant que chargé d’une mission zoologique, mandaté par le British Museum.

Durant son séjour, il visite les royaumes de Siam, du Cambodge et du Laos. Ses observations l’amènent à la découverte de plusieurs espèces de plantes et d’animaux variés (invertébrés, araignées, papillons, scarabées…) dont certains portent aujourd’hui son nom ainsi que des sites architecturaux.
En effet, il s’émerveille devant la majesté de l’architecture Khmer qu’il fera connaître à la France. Il est considéré comme le découvreur des ruines d’Angkor, car bien qu’il ne fût pas le premier à les visiter, il est le premier européen à les avoir étudiées et faites connaître au reste du monde.
Parmi les premiers visiteurs français à s’aventurer au Laos, il meurt de maladie dans la jungle près de Luang Prabang.
En France, le nom d’Henri Mouhot est aujourd’hui relativement méconnu. Pourtant, c’est bien à lui que l’Occident doit la connaissance de l’existence des joyaux que sont Angkor-Vat et Luang Prabang, sites aujourd’hui classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Voyages : la découverte d’Angkor et la fin à Luang Prabang

En 1858, il quitte Londres sur un voilier et voyage jusqu’à Bangkok où il se lie d’amitié avec le roi de Siam. Depuis Bangkok, il embarque sur une barque de pêcheur et brave les pirates afin de visiter l’archipel du Golfe de Siam. La présence européenne se fait déjà sentir au Siam, c’est pourquoi il décide de se diriger vers le Cambodge méconnu des Européens.

Il arrive au Cambodge à Kâmpôt, puis il se dirige vers Udong, visite le sud du pays et observe les populations locales. Il part ensuite vers l’ouest jusqu’à la région de Battambang. Il met ensuite le cap au nord du Lac Tonlé-Sap accompagné d’un missionnaire rencontré à Battambang : le père Sylvestre. Il est à la recherche la cité mythique de l’ancien empire Khmer et la trouve : le site des ruines d’Angkor.
Emerveillé, il est le premier européen à en faire une observation scientifique et à faire connaître au vieux monde les splendeurs de ces bâtiments à travers ses écrits et dessins. Dans ses carnets il étudie les bâtiments dans les moindres détails, en fait l’inventaire et la description complète. Lorsque ses notes parviennent en France elles suscitent surprise et intérêt et certains évoquent Angkor comme la huitième merveille du monde. C’est en cela qu’Henri Mouhot est bien le découvreur d’Angkor.

Après un retour à Bangkok, il décide d’entamer son second grand projet : la reconnaissance et la découverte du nord du Laos jusque-là très peu visité par les Européens. Il remonte la Thaïlande à dos d’éléphant en passant par le vaste plateau du Korat avant d’atteindre le Mékong à hauteur de Pak-Lay, en 1861. Il arrive finalement à son objectif : Luang Prabang.
Premier européen sur place et apprécié des locaux, il est rapidement séduit par le charme de la petite ville. Poussé comme à son habitude par ses envies d’exploration, il part en reconnaissance des vallées de la Nam-Kan et la Nam-Hou. Malheureusement, il est atteint de fièvre durant cette expédition et décède à quelques kilomètres de Luang Prabang en 1861, à l’âge de seulement trente-cinq ans.

Le cénotaphe d’Henri Mouhot près de Luang Prabang

Peu après la mort d’Henri Mouhot, en 1866, le commandant Doudard de Lagrée, en mission de reconnaissance et sur ordre de l’amiral de La Grandière, fait édifier un monument sur la sépulture d’Henri Mouhot. Ce dernier est détruit par le temps et les crues de la Nam-Kan.

Il faudra attendre 20 ans, en 1887, pour que le vice-consul à Luang Prabang, Auguste Pavie, fasse reconstruire un édifice.
Jusqu’à 1950, le cénotaphe connait une forte fréquentation touristique, puis tombe à nouveau dans l’oubli. Aujourd’hui, encore nombreux sont les voyageurs et même locaux à venir se recueillir sur les lieux.
La fin de la guerre d’Indochine en 1954 met un terme à la présence française au Laos : les visites ainsi que l’entretien du cénotaphe cessent. Ce n’est qu’en 1968 que le Lieutenant-Colonel Merglen se rend sur le site et prend l’initiative de restaurer le monument. Cette intervention sensibilise l’ambassade de France à Vientiane qui continue sa restauration jusqu’en 1975, date à laquelle les relations diplomatiques sont interrompues à nouveau entre la France et le Laos.
Ce n’est qu’en 1989 que la tombe est redécouverte par Jean-Michel Strobino en très mauvais état. La sensibilisation de la commune de Montbéliard, de l’ambassade de France au Laos et des autorités laotiennes ont permis sa restauration en 1990.

Aujourd’hui l’ambassade de France au Laos finance l’entretien de la tombe auprès des autorités locales de Luang Prabang.

Pour vous y rendre :

Depuis Luang Prabang longer la Nam-Kan et rejoindre la route 2502. A environ 8 km de Luang Prabang une petite route sur la gauche en direction de la rivière permet de rejoindre l’édifice. (voir carte ci-dessous)

Accès gratuit.

Aller plus loin

  • Voyage dans les royaumes de Siam, de Cambodge et de Laos et autres parties centrales de l’Indochine. Henri Mouhot, texte extrait de son journal par Ferdinand Lanoye, 1868. A lire ici : lien
  • Le souvenir Français : lien

Dernière modification : 31/05/2018

Haut de page